diffusion du livre d'Angélique Andthehord
SEX AND DESTROY un nouveau son rock ?
Prochain extrait samedi 18 novembre. Bonne lecture !
astuce ! En cliquant sur le titre de l'extrait, vous accédez directement au chapitre auquel il se rapporte.

chap.1 Viol d'enfant extrait 40

- Eh, ben !... c’est être touché… par la mort… mais rester en vie. Oui parce que si on te touche, tu continues à le sentir longtemps après. Par exemple, si on te donne un coup de poing dans le bras, le coup ne dure qu’une seconde mais toi, tu le sens dans ton bras plusieurs minutes ou plusieurs jours, selon la force de la douleur. Si on te fait une caresse sur le bras, la sensation reste sur le bras un certain moment mais tu n’y fais pas forcément attention parce que c’est une sensation plus faible. Passe ta main sur ta joue et, juste après, concentre-toi sur ta joue ! tu te rends compte qu’elle garde le souvenir du frottement un certain temps. Alors, si un monsieur très moche et très sale te touche le bras, tu gardes une impression de dégoût aussi longtemps que le souvenir de ce contact est dans ton bras. C’est ça, être violée… à un certain degré… surtout si c’est une caresse. C’est se sentir touchée… par la main ou par les yeux… dans le corps ou dans l’âme… alors qu’on voulait pas. Le souvenir qu’on en garde est peut-être pire parce qu’au moment du viol, on est dans un état second, on est sous l’emprise du violeur et on fait sa volonté. Après, quand on reprend ses esprits, on se souvient non seulement de ce qu’il a fait mais aussi de l’avoir laissé faire. »
Oui parce que, Nadia, quand elle avait dit :
« Le garçon ! Y va baisser ma culotte ! »,
Elle ne voulait pas que ça arrive. Comme c’était arrivé quand même, elle avait pleuré après. Par contre, pendant que le garçon baissait sa culotte et regardait ses fesses, elle était euphorique. C’est pour ça que moi, j’avais cru qu’on pouvait en rire mais, en vrai, c’était parce que son âme était sous l’emprise du viol.
Ma mère restait devant moi à me regarder silencieusement ; alors je conclus :
« Voilà ! j’ai tout dit.
- Non. Tu ne m’as toujours pas dit ce qu’est le croque-mitaine.
- Mais ! Il existe pas, en vrai. Tu vois bien, j’ai dit tout ce que je pouvais à son sujet et il n’est pas apparu.

Aucun commentaire: