diffusion du livre d'Angélique Andthehord
SEX AND DESTROY un nouveau son rock ?
Prochain extrait samedi 18 novembre. Bonne lecture !
astuce ! En cliquant sur le titre de l'extrait, vous accédez directement au chapitre auquel il se rapporte.

chap.1 Viol d'enfant extrait 43

- Un exemple ? Oui, ça, c’est facile ; (j’avais un exemple dans ma tête depuis le début mais je ne l’avais pas mentionné tellement cela me paraissait improbable.) par exemple, ce serait que la mort entre dans le ventre de la fille pour arracher son bébé et l’emporter… le bébé… Laisser la fille intacte, vivre après avoir arraché le bébé de son ventre. Moi, on me ferait ça, y aurait pus qu’à m’enfermer à l’asile, après ! »
A la façon dont ma mère me regarda, je pressentis qu’elle allait me dire un truc genre :
« Tu sais, Angélique ! Il y a parfois des fatalités qu’il faut se tenir prêt à affronter. »
Je pris les devants et précisai :
« je ne parle pas de fausse-couche. Je sais que la maladie peut emporter un enfant, qu’y soit dans un lit d’hôpital, dans les bras ou dans le ventre de sa mère. Ça, oui, c’est la fatalité. C’est qu’y pouvait pas vivre, il était trop faible. Moi, je parle d’arracher un bébé des bras ou du ventre de sa mère - un bébé en bonne santé- et le tuer. Si on arrache le bébé des bras de sa mère, c’est un meurtre mais pas un viol parce que la fille peut pas dire qu’elle ait été touchée dans son propre corps. Si on arrachait le bébé qui est à l’intérieur de son ventre, èe pourrait dire qu’elle aurait été violée par la mort, non ? Ce serait bien le plus terrible de tous les meurtres et de tous les viols. Tuer un bébé plus innocent que l’enfant qui vient de naître ! A l’intérieur du refuge qui est le symbole de tous les refuges de la terre ! Du monde entier et de l’existence toute entière, l’endroit où on est le plus en sécurité, c’est dans le ventre de sa mère. Tu t’rends compte : voir son enfant se faire assassiner, c’est aussi grave que mourir soi-même, n’est-ce pas, maman ? Alors, t’imagines ! Assassiner un bébé à l’intérieur même du ventre de sa mère ! Moi, on m’f’rait ça, il faudrait me tuer avec parce que je ne m’en remettrais jamais. Vivre avec un ventre qui aurait été le théâtre de l’assassinat de mon bébé ! Ce serait le comble de l’horreur. »

1 commentaire:

éric a dit…

Pour te faire assassiner ton enfant dans ton ventre il eut fallu que tu sois irakienne!
éric